La grande histoire

Dans les années 80……….les Mères Noël !

Yvonne Courson, personnalité haute en couleurs, ex réalisatrice d’émissions culturelles à la télévision, créatrice de son propre atelier-boutique (textile et bois) à Chapaize, découvre avec émerveillement la richesse locale des ateliers d’art « au féminin ».

exposition "Mères Noël"

exposition « Mères Noël » 2002

 

Elle souhaite mettre en valeur ce patrimoine créatif, ouvre généreusement sa propre expo à d’autres artisans. En 1983, dans un immense éclat de rire (dont elle a le secret), elle crée  les « Mères Noël ».

Elle propose donc sous ce vocable (que nous lui devons et qui se révèlera très « porteur » ) à plusieurs artisanes de se regrouper chaque premier week-end end de décembre pour une expo commune à Chapaize.

Chapaize : village bien connu pour son église romane avec laquelle elle était « tombée en amour » et à l’ombre de laquelle elle s’est installée.

Dès le départ, Yvonne Courson, qui a d’abord porté seule la mise en place de cet événement annuel, y a aussi insufflé un état d’esprit : bien au-delà de la démarche commerciale d’une expo-vente , cette rencontre est aussi l’occasion d’un partage d’expériences professionnelles, d’un échange sur nos savoir-faire auxquels s’ajoute le plaisir de sortir de nos ateliers pour se retrouver dans une convivialité joyeuse, à laquelle le public, fidèle depuis des années est loin d’être insensible.

Mères Noël 2011

Mères Noël 2011

 

20 ans des Mères Noël en 2003

20 ans des Mères Noël en 2003

L’appellation clin d’œil « Mères Noël » donne d’emblée le ton de ce féminisme pacifique. Elles se choisissent par cooptation pour préserver un niveau de qualité.

En 1999 : elles deviennent officiellement une association (loi 1901)

En 1998 : elles ont essaimé à Vézelay (dans l’Yonne).

Devant l’ampleur de leur succès, qui exigeait plus d’espace, elles sont amenées à investir aussi Cormatin en 2000, puis Saint Gengoux le National en 2001 et d’autres communes par la suite.

En 1995, Les Belles de Mai : l’innovation

Les Mères Noël, conscientes de la qualité et de la richesse du public dans leur région, décident en 1995 de créer une seconde manifestation : « les Belles de Mai », qui ne soit surtout pas une « redite » des Mères Noël, mais plutôt un événement, une exposition de type expérimental avec pour idée directrice : l’innovation.

Les  « Belles de Mai » c’ est une expo de printemps, placée sous le signe du mouvement de la vie renaissante , de la germination en cours, de la dynamique créative ; c’est aussi le moment de l’année où les artisans créateurs, après l’hiver laborieux et solitaire à l’atelier, ont de nouvelles choses à offrir à leur public.

belles de mai 2000 dans la foret

2000 « dans la forêt »

Afin de  coller  à cette idée de « nouveau » que symbolise le printemps, il s’agit donc pour les Belles de Mai :
- d’emmener le public dans des sites inédits, quelquefois inattendus (lavoirs en 1999, forêt en 2000…) qui exigent aussi des artisanes des installations parfois acrobatiques.
- de proposer un fil conducteur aux créations exposées, témoignant de l’importance du partage dans ce groupe (partage de la réflexion, du travail et de la convivialité). Ce peut être un thème commun pour des pièces uniques, une ambiance de mise en scène (le voyage en 1997, la lessive en 1998) jusqu’au travail métissé en 2001 où sur les pièces façonnées à quatre, voire six mains, se croisaient plusieurs techniques.
C’est à travers ces petits défis qu’elles se donnent que la stimulation du groupe prend toute sa valeur et que chacune de ces artistes artisanes avance aussi dans sa recherche personnelle.

Le public ne s’y trompe pas, qui les suit fidèlement à chacune de leurs nouvelles aventures, ravi d’être surpris , étonné, émerveillé et emmené à chaque fois dans une atmosphère différente.